Articuler ICE et réussite des régénérations forestières : expérience des forêts domaniales de Seine-Maritime


Samuel THEVENET, Office national des forêts

Depuis une quinzaine d’années, l’ONF a mis en place des suivis de la dynamique forêt-cervidés dans les massifs domaniaux d’Ile-de-France et du Nord Ouest, en particulier en Seine-Maritime où ils font l’objet d’une convention entre la FDC76 et l’ONF. Cette démarche a permis d’appuyer les évolutions des plans de chasse sur des constats objectifs et partagés, et ainsi de maintenir l’équilibre sylvo-cynégétique à un niveau relativement constant dans ces massifs. Ce travail a montré néanmoins des limites dans certains massifs où, au début des suivis, les niveaux de consommation de la flore par les cervidés se révélaient incompatibles avec les objectifs des aménagements forestiers. En parallèle, l’ONF a mis en place un dispositif d’évaluation par ses agents forestiers du niveau de dommages causés par les cervidés aux jeunes peuplements. Dans les massifs où ce diagnostic sylvicole n’était pas partagé, une expertise contradictoire entre FDC76 et ONF a été conduite avec le protocole d’évaluation des dégâts de l’IRSTEA. Forts de cette expérience, une méthodologie commune aux forêts domaniales d’Ile-de-France et du Nord Ouest a été élaborée. Le programme est le suivant : un diagnostic sylvicole initial pour chaque forêt, la définition d’un état d’équilibre sylvo-cynégétique cible associé à un scénario de gestion, le partage des constats et des cibles avec les partenaires, la mise en œuvre des plans de chasse, le suivi à l’aide des ICE et un nouveau diagnostic sylvicole après 3 ans.