Comment optimiser un suivi de l’équilibre population-environnement par les ICE ?


Maryline PELLERIN, Office national de la chasse et de la faune sauvage

La mise en place d’indicateurs de changement écologique pour la gestion de populations d’ongulés nécessite en amont une réflexion particulière sur les démarches à engager quelle que soit l’échelle de gestion choisie :
– Définir précisément l’enveloppe géographique correspondant à l’unité de population sur laquelle on envisage de travailler ;
– Formaliser, pour chaque espèce présente, les objectifs de gestion à court, moyen et long terme, partagés par l’ensemble des partenaires gérant le système ongulés-environnement ;
– Choisir les indicateurs validés (pour l’espèce ou les espèces à suivre) et adaptés aux conditions locales ;
– Définir un plan d’échantillonnage permettant d’adapter l’effort de terrain aux objectifs de précision fixés et aux moyens humains et logistiques disponibles.
Dès que ces choix sont validés, les indicateurs de changement écologique seront mis en œuvre et on cherchera à maximiser la précision des mesures réalisées. En effet, plus on sera précis, plus on sera capable de détecter de faibles changements et moins il faudra de données pour détecter un changement. Il est donc primordial de :
– Respecter rigoureusement les protocoles définis dans les fiches techniques correspondantes ;
– Utiliser du matériel performant pour la prise de mesure (ex. : peson digital, guyapon, …) ;
– Effectuer un suivi systématique (c.-à-d. chaque année) à la même période et répéter les mesures au sein d’une année afin d’augmenter la précision.